Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2017

Cuzco!

Apres plusieurs annees sans notes sur ce blog, voici l'occasion de raconter de nouveau plein de choses : un voyage de deux mois au Perou et en Bolivie avec Cecile

 

Premiere etape : Cuzco!

(Par contre, ce sera un texte sans accents, je ne les trouve pas sur ce clavier espagnol. Par contre je peux faire plein de ñ...)

L'arrivee a l'aeroport met tout de suite dans l'ambiance avec musique peruvienne, immense porche en style inca et une petite corbeille de feuilles de coca ou on est invite a prendre 3 feuilles en signe de bienvenue. Il parait que ca aide a combattre le mal d'altitude (cuzco est a 3500m) alors j'en prends et je les machonne. Le gout est amer, pas tres bon, rien a voir avec le coca cola...

Le taxi nous depose sur une petite placette pavee, quasi deserte. La ville se reveille. Il est 7 heures du mat. Il fait froid, ici c'est l'hiver. Nous grimpons a pied quelques ruelles en pente pour atteindre l'auberge. Le quartier est sympa avec de jolis batiments a un etage, blancs aux toits de tuile. On arrive devant une petite porte en bois bleue, fermee. Hospedaje San Cristobal. Je suis un peu embete de frapper a la porte j'avais dit qu'on arrivait a huit heures. On frappe quand meme... Au bout de quelques minutes, un petit panneau de 10 cm de cote coulisse dans la porte, derriere une grille. Un visage de femme pas tres content de nous voir apparait. Elle demande qui on est, elle n'as pas entendu parler de notre reservation, demande si on est sur que c'est cette auberge, on insiste et elle finit par nous ouvrir en maugreant car la elle etait en train de prendre sa douche. Je m'excuse en disant que c'est vrai que j'avais dit qu'on arrivait a 8 heures. Elle nous dit quelques mots qu'on ne comprend pas et on se depeche de descendre les escaliers pendant qu'elle va finir sa douche. On pose les sacs dans une courette interieure. L'auberge semble deserte, les chambres donnent sur la cour et ont toutes les portes ouvertes. A l'interieur vieux lits, parquet, tres vieillot. Au moins c'est authentique. Mais on va cailler la nuit, c'est clair. En attendant que la fille revienne on monte sur une petite terrasse. Wouah! La vue de malade! On domine toute la ville, entouree de ses montagnes, dans la brume du petit matin. Toute la ville est rouge-orangee, de la couleur des toits du centre ancien, puis des murs des constructions modernes qui s'etalent sur les flancs des collines autour de la ville. Au dessus on voit les montagnes pelles recouvertes de prairies jaunies et tout au fond de la vallee, un pic enneige. La ville est parsemee de grosses eglises en pierre rouge egalement. Joli Cuzco!

Au bout d'une demi heure, la fille n'est toujours pas revenue, on se dit que ca fait long quand meme pour finir sa douche et on finit par oser retourner la voir. En fait on n'avait pas compris, elle nous avait dit de nous installer direct dans la chambre 8. J'avais bien compris 8 mais je pensais qu'elle repetait l'heure a laquelle on aurait du arriver... On pose les sacs et c'est parti pour la decouverte de Cuzco!

 

Le matin c'est super tranquille. On flane au hasard des ruelles au milieu des tres jolis batiments du centre ville, tous avec une base en pierre, un enduit blanc tout propre et un toit en tuile. Pour manger, on teste ce que proposent les vendeurs ambulants. C'est a chaque fois la surprise, car la marchandise est cachee sous un petit drap blanc. Pour notre premier petit dej, on a droit a des petits pains fourres a l'omelette et un bon jus de quinoa a la pomme. Ca c'est typique! et c'est bon. D'autres fois, une vendeuse semble vendre des epis de mais, mais en fait a l'interieur des feuilles au lieu de l'epi, c'est une bouillie de mais avec haricot. Ou alors une assiette complette avec poisson frit, chou et patates sechees. Ce qui est chouette ici, c'est les jus de fruit, on en vend partout, avec plein de fruits connus et inconnus. Je tente au hasard. La Lucuma, c'est pas mal, le maracuja c'est une valeur sure, par contre je me fait avoir sur le pepino, en fait c'etait du concombre. J'ai un peu de mal a finir mon grand jus de concombre..

 

La ville historique est tres belle, parfaitement restauree. Cuzco est l'ancienne capitale des incas, entierement detruite par les espagnols au XVIe siecle. Mais il en reste des traces. Certains batiments espagnols sont construit sur d'enormes murs incas aux gros blocs irreguliers parfaitement agences. Ca me fascine ces gros murs incas, comment faisaient-ils pour ajuster si parfaitement des blocs qui parfois font plusieurs metres de large. On visite quelques monasteres construits sur ces murs antiques. Le monastere de San Domingo ntamment est construit sur l'ancien temple du soleil. A l'interieur il reste carrement des batiments incas intacts. Le cloitre avait ete construit directement dessus et lors d'un tremblement de terre tout s'est effondre sauf les murs incas hyper resistants aux tremblements de terre. Ce temple du soleil, Qoricancha, etait vraiment le centre de l'empire des incas, leur lieu le plus sacre.

La plupart des ruelles du centre correspondent donc aux rues de l'ancienne Cuzco des incas et sont bordees de ces grosses pierres. C'est tres agreable d'y flaner, le matin c'est tres tranquille, on voit les habitants vaquer a leurs occupations. Tous ont les traits typiques andins, heritiers directs des andins, avec les pommettes saillantes, de jolis yeux en amande et tres petits... La taille moyenne des femmes doit etre 1m40, on est des geants a cote. les enfants sont tout minuscules et tout mignons. les femmes les transportent dans ces beaux chales colores accroches derriere le dos. La plupart ont des chapeaux pour se proteger des rayons du soleil d'altitude

Vers 10h, tous les matins, commence un rassemblement sur la grande place, la Plaza de Armas. Toute une foule de peruviens avec des parapluies colores. On apprend que ce sont enseignants qui sont en greve depuis le 15 juin (!) pour reclamer de meilleures conditions de travail. Puis petit a petit sortent les touristes et la ville se transforme en grande foire touristique. Beaucoup de touristes blancs, en habits de rando, mais en fait la plupart des touristes sont des familles peruviennes, venues de Lima la capitale pour a plupart, sur les traces de leur patrimoine. Et les touristes peruviens adorent se prendre en photo partout, ensemble ou tout seul avec leur perche a selfie. Les boutiques d'artisanat peruvien ouvrent leurs portes, il y en a partout c'est impressionnant, avec des marches d'artisanat un peu partout, cache dans les cours interieures magnifiques des vieux batiments. C'est vrai que les tissus peruviens sont tres beaux, tres colores, il y ade quoi se faire plaisir entre les echarpes, pulls, ponchos en alpaga, bonnets, chaussures, tissus..

 

On va voir le grand marche couvert, les halles San Pedro. A l'interieur, dans une ambiance bon enfant, les boutiques d'artisanat bien sur, mais aussi toute une rangee de vendeuses de jus de fruits, toutes avec leur blouse blanche, tres soignees, les stands de legumes avec une multitude de varietes de pommes de terre, les bibelots, une etrange cabane avec un canape qui est en fait le studio de la radio du marche et tout aau fond, les gargottes, plein de petits stands minuscules ou on vous prepare a manger. Juste un petit banc devant l'etal du cuisinier, et plein de peruviens qui mangent la, attables au stand. On en choisit une dans une petite cabane bleue. On s'installe sur le banc entre deux vieux peruviens qui finissent leur soupe. Dans la cabane, 2 cuisiniers dans un espace de 1m50 sur 1m50. Tous les ingredients sont exposes devant nous. On se fait un super repas pour 1euro 50. Je ne sais pas comment ce petit stand peut faire vivre 2 personnes, il ne peut y avoir que 6 clients maximum a la fois... En tout cas, on y mange bien.

 

On sort du marche, on entre dans quelques ruelles, beaucoup plus delabrees que le centre ville, et c'est la que commence le vrai marche... Une multitude de stands a terre, directement sur le sol et la poussiere, avec des paysannes dans leur costume traditionnel qui vendent leur production, un monde fou, que des peruviens, pas un seul blanc. Des boutiques avec des montagnes d'oeufs. Une boue degueulasse coule au milieu de la rue, le passage le plus difficile est au niveau des marchands de viande avec les steaks empiles sur des etageres en bois, les morceaux de foie entasses dans une bassine, les poulets plumes avec les pattes jaunes bien en evidence, comme les cornes d'un cerf, et bien sur les cochons d'inde peles, tout blancs.. C'est un dedale de ruelles minuscules, tres colores, ou l'on passe immenses, depassant tout le monde d'une bonne tete mais ou personne ne semble faire attention a nous, contrairement a la zone touristique . Et au milieu de tout ca, incongru, un supermarche tout neuf. Mais impossible d'y acceder, un 4x4 est gare juste devant et tout les stands de part et d'autres rendent impossible le passage. Les petits vendeurs ont trouve la parade pour lutter contre les grandes surfaces..

On quitte le dedale du marche pour se retrouver dans la ville plus moderne, avec la zone des boutiques de vetements pas cher, puis celles des boutiques en tout genre. Il y a un sacre melange des genres, comme cette boutique d'opticien avec une etagere de fromage dans l'entree et un coin sandwich. Des dentistes avec de belles affiches de dents avec des pivots a vous faire fuir. Une boutique avec plein d'affiches ecrites au feutre, bondee de monde, qui se revele etre une sorte d'agence pour l'emploi. Et puis des vendeurs ambulants improbables, je cite mes deux preferes : le vendeur de pommade pour les pieds qui se trimballe avec une affiche horrible pleine de photos de pieds avec des maladies de peaux purulentes. Et mon prefere : le vendeur ambulant de mappemonde, qui se promene avec son stock de globes terrestre...

 

Et voila pour un premier apercu de l'Amerique du Sud. C'etait notre seule etape a Perou. Notre prochaine destination : le lac Titicaca, en Bolivie.

Écrire un commentaire