Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2017

La fete a Potosi!

Après le Salar, direction la ville de Potosi, classee au patrimoine mondial de l'Unesco. Potosi est surmontee par une grande montagne rouge, en forme de pyramide, le Cerro Rico. Ca veut dire la montagne riche. Et elle porte bien son nom. C'est la que se trouvait la plus grosse mine d'argent de l'empire espagnol, et meme du monde. Pendant 3 siecles, les espagnols en ont extrait des quantites astronomiques d'argent, c'est ce qui a assure la richesse du Royaume pendant des siecles. Du coup, une immense ville s'est developpee au pied de la montagne, Potosi a longtemps ete la plus grande ville d'Amerique du Sud. La contrepartie, c'est que pour exploiter ces mines, les espagnols ont mis aux travaux forces les indigenes, obligeant tous les hommes a 2 ans de service obligatoire dans les mines. Et comme ca ne suffisait pas, ils ont fait venir des esclaves africains. Ceux ci ne survivaient pas plus de quelques mois a cause de l'altitude (on est toujours a 4000m) et des conditions horribles dans les galeries. Resultat : plus de 8 millions de morts en 3 siecles.

Aujourd'hui, pres de 2 siecles apres le depart des espagnols, les mines sont toujours exploitees, ce sont des cooperatives de mineurs qui ont pris le relais. Le probleme c'est que les conditions sont toujours tres dures et surtout, il n'y  pratiquement plus rien. Ce qui fait que les mineurs creusent et creusent encore et que maintenant la montagne risque de s'effondrer sur la ville. D'ailleurs l'activite touristique phare de la ville, c'est la visite des mines en activite. On peut aller voir les mineurs au fond de leurs galeries, les voir manipuler la dynamite, aller voir la statue du diable a laquelle ils font des offrandes. Bon, nous on ne l'a pas fait, il faut dire que ca fait un peu voyeur. On s'est contente (enfin juste moi, Cecile etait malade) de la visite de la Casa de la Moneda, ce grand batiment ou les espagnols frappaient leur monnaie d'argent pour tout l'empire. Qu'est ce que j'ai retenu? Et bien, que la aussi les conditions de travail n'etaient pas brillantes. Mais aussi que le symbole du dollar, le $, ca vient des monnaies de Potosi. Sur les monnaies frappees a Potosi il y avait en effet les initiales de Potosi P T S I avec les lettres superposees l'une sur l'autre. Ecrivez les et vous verrez que ca fait presque le symbole du dollar. Les americains ont repris le symbole en le simplifiant.

Et j'ai aussi eu l'explication de toutes ces statues de la vierge en haut des montagnes. Dans la Casa de la Moneda, il y a un tableau de la Vierge un peu bizarre. On y voit la montagne de Potosi avec un visage de la Vierge sur le sommet, comme si la montagne faisait la robe de la Vierge. Et c'est vrai qu'un peu partout on voit ces tableaux de la Vierge avec une etrange robe en triangle. En fait c'est grace a ca que les Espagnols ont converti les indigenes. Ils ont ainsi assimile la Vierge a une montagne et comme ca les indigenes croyaient voir la Pachamama, la Terre mere, symbolisee elle aussi par une montagne. Et ils se sont mis a venerer la Vierge, bien plus que Jesus.. Et du coup l'eglise a prospere, et a Potosi c'est plein d'eglises plus somptueuses les unes que les autres.

D'ailleurs on arrive pendant la grosse fete religieuse de l'annee, la San Bartolome, aussi appellee Ch'utillo. C'est l'evenement de l'annee. Tous les quartiers, les paroisses, les ecoles, les villages ont prepare une delegation de danseurs et de musiciens pour defiler en ville. Ca commence le matin. Un parcours de 5 km a ete decide par la municipalite. On arrive vers 10 h. Le long de la rue, les spectateur sont deja la, certains ont amene de petits tabourets pour s'installer confortablement. Evidemment il y a des stands de nourriture et de boissons un peu partout. On voit passer les groupes les uns apres les autres. Au debut ce sont surtout des enfants, les ecoles j'imagine. Ils ont de superbes costumes et ils font des choreographies hyper sophistiquees tout en avancant. Chaque groupe est accompagne par une fanfare. Au debut du groupe ce sont les tout petits, il y en a qui n'ont pas 6 ans, puis les plus grands et pour finir les ados qui jouent de la fanfare. Les groupes se succedent les uns apres les autres le long de la rue, tous avec des costumes et des choreographies differentes. C'est etonnant, on dirait que tous les ados de la ville savent jouer d'un instrument de fanfare, chaque groupe a sa fanfare. Les enfants ont l'air bien creves, il faut dire qu'ils viennent de faire 5 km en dansant...

 

En debut d'apres midi, les groupes continuent de se succeder. C'est maintenant des plus grands. Il y a par exemple l'enorme groupe des infirmieres (plusieurs centaines), les groupes de quartiers, et aussi l'etonnant petit groupe des ingenieurs geologues.... Tout le monde peut faire son groupe apparemment, il suffit de se faire un costume et de faire une choregraphie.... Beaucoup de costumes s'inspirent des costumes traditionnels, en plus colore. D'autres sont plus en uniforme de fanfare, tres chics, d'autres encore s'inspirent du style country americain. il y a aussi des groupes venus de villages avoisinant. Leurs costumes sont moins scintillants, on voit qu'ils sont fait main, c'est plus traditionnel, les musiciens ont d'incroyables chapeaux en plumes de nandou, cette autruche americaine. D'autres ont les chapeaux entoures de branchages verts . Et dans ces groupes de village, il y en a un qui est masque, avec une longue perruque blonde hirsute, sous une grande tunique et qui fait a moitie le diable, qui tourne partout en criant. En fait, apparemment ca symbolise les espagnols... Les musiciens de villages ont de grands tambours faits main et ils jouent de la kena ou de la flute de pan, les instruments traditionnels.

On n'est pas loin de l'eglise San Bartolome, arrivee du defile. On s'approche pour voir comment se passe le final. Au pied de l'eglise c'est evidemment la foire. On voit que les groupes qui arrivent sont epuises mais la musique de la fanfare leur fait tenir le rythme. Et les danseurs rentrent dans l'eglise qui a les portes grandes ouvertes, tout en continuant de danser. Puis c'est au tour de la fanfare de rentrer, toujours en jouant. C'est vraiement etonnant ces danses et la fanfare dans l'eglise, on est pas habitue a ca... En fait, l'interieur de l'eglise est vide, on a enleve tous les bancs. A l'interieur il y a egalement des hauts parleurs qui diffusent de la musique, ca fait un sacre boucan. Et il y a plein de vendeurs de cierges ambulants, pour ceux qui veulent faire une offrande a San Bartolome, et aussi des photographes ambulants pour ceux qui veulent se prendre en photo debant la statue...

Mais les danseurs continuent d'avancer et ressortent de l'autre cote de l'eglise, pour faire place aux suivants. Ca n'arrete pas!

On finit par se lasser et on rentre a l'auberge.

 

Cecile dit qu'ils vont continuer comme ca jusqu'a la nuit. Je n'y crois pas. Je vais pourtant y refaire un tour vers 10 h du soir pour voir. Vers l'eglise, il y a toujours la foire. La rue est envahie de passants. Et tout d'un coup, la foule s'ecarte, et revoici un groupe de danseurs et sa fanfare. C'est incroyable, il y en a encore! Je remonte un peu la rue d'ou ils viennent pour voir s'il y en a d'autre. La rue est maintenant entierement bordee de tabourets. Il y a bien plus de monde que ce matin. C'est plein de familles qui se sont installes la et qui regardent passer les danseurs en mangeant. Il y en a meme qui se sont debrouilles pour amener des mini-gradins, c'est dingue, ils les gardaient dans leur garage ou quoi? Il y a une super bonne ambiance, les enfants jouent au milieu de la rue entre le passage de chaque groupe de danseurs, et les vendeurs ambulants defilent, les vendeurs de gadgets et les vendeurs de barbe a papa avec leur grande perche ou sont accrochees les barbes a papa.

Je continue de remonter la rue. Toutes les boutiques sont ouvertes, meme le veterinaire et meme les pompes funebres, on ne sait jamais...

Je finis par arriver face a un grand portail ouvert en plein  milieu de la rue. Je rentre. Je me retrouve au milieu d'un vaste espace en terre battue avec des gradins sur la droite et une immense, mais alors immense canette de biere gonflable, elle fait bien 8 metres de haut! Il y a quelques stands de nourriture mais c'est assez desert. Qu'est ce que c'est que cet endroit? C'est la caserne! Le parcours du defile passe par la! Sur les gradins il y a des groupes de militaires qui tout d'un coup se levent en marchant au pas, sous la direction de leur chef. Apparemment la recre est fini, ils vont se coucher. De l'autre cote de la cour, il y a un autre portail ouvert encadre par de petites tours a crenaux, comme un mini chateau fort. Je m'empresse de sortir, pas envie de me retrouver enferme la dedans... Et je debouche sur une immense avenue qui descend vers la gauche, avec du monde partout! L'avenue est maintenant entierement bordee de gradins bondes. La rue est aux enfants qui s'amusent comme des fous dans ce grand espace pieton. Ca fait un moment que je n'ai plus croise de danseurs. Serait-ce la fin? Pourtant tout le monde reste sur les gradins a attendre..

Je descend l'avenue, fascine par cette ambiance. Et tout d'un coup, un mouvement de foule dans ma direction. Un nouveau groupe de danseurs arrive a fond, tous les passants rebroussent chemin, il y a tellement de monde sur les bords de l'avenue qu'il est impossible de s'echapper. C'est marrant, on court tous en remontant l'avenue, spectateurs et vendeurs ambulants. Puis les danseurs s'arretent, on peut faire une pause. Les vendeurs ambulants en profitent pour vendre des patisseries, des boissons ou des raisins d'amour (c'est comme des pommes d'amour mais avec des raisins en brochette a la place de la pomme...). Les affaires marchent, le vendeur de barbe a papa n'a plus qu'une barbe a papa au bout de sa perche...

Voila, c'est la fete de Ch'utillo a Potosi et c'est vraiment excellent de voir comment ils savent faire la fete ici!

Écrire un commentaire